dr martens boots Environnement et Changement climatique Canada

Numros de registre du Chemical Abstracts Service 101 68 8; 2536 05 2, 5873 54 1; 9016 87 9; 26447 40 5; 101 77 9; 25214 70 4Environnement et Changement climatique CanadaTable des matiresSommaire1. Introduction2. Proprits physiques et chimiques4. Rejets dans l’environnement5.1 de substances MDD5.2 Rejets de substances DMD5.3 Concentrations environnementales mesures6. Devenir dans l’environnement6.1 Distribution dans l’environnement6.2 Persistance dans l’environnement6.3 Potentiel de bioaccumulation7. Potentiel d’effets nocifs sur l’environnement7.1 des effets sur l’environnement7.2 de l’exposition de l’environnement7.3 du risque cologique8. Potentiel d’effets nocifs sur la sant humaine8.1 de l’exposition8.2 valuation des effets sur la sant8.3 du risque pour la sant humaine8.4 de l’valuation des risques pour la sant humaine9. Justification d’une approche de comparaison (lecture croise) pour l’valuation des effets des DMD sur la sant humaine et l’environnementAnnexe B. Proprits physiques et chimiques des substances MDD faisant partie du groupe de substances DMD/MDDAnnexe C. Proprits physiques et chimiques des substances DMD faisant partie du groupe de substances DMD/MDDAnnexe D. Concentrations dans l’environnement de substances faisant partie du groupe des DMD/MDDAnnexe E. Donnes d’entre et rsultats sommaires du modle SCREEN3 dans le cadre d’une valuation cologique de l’exposition par inhalation dcoulant de l’air ambiant prs des sources de pollution ponctuelle industrielles gnriquesAnnexe F. Concentrations dans l’air mesures aprs l’application d’une mousse de polyurthane gicl deux composants faible pressionAnnexe G. Valeurs estimatives de la limite suprieure de l’exposition aux DMD dcoulant de l’utilisation de produits de bricolage de type adhsif ou produit d’tanchit, d’aprs ConsexpoAnnexe H. Justification de l’utilisation des diisocyanates de tolune (TDI) en tant qu’analoguesListe des tableauxTableau 1 1. N CAS et noms dans la LIS des substances du groupe de substances DMD/MDDTableau 2 1. Identit des substances 4,4′ MDD et pMDDTableau 2 2. Identit des DMD faisant partie du groupe des DMD/MDDTableau 6 1. Rsum de la modlisation de la fugacit de niveau III (New EQC 2011) pour le 4,4′ MDD et les composants du pMDD, indiquant le pourcentage de substance ou de composant de substance rparti dans chaque milieuTableau 6 2. Rsum des donnes empiriques cls relativement la biodgradation du 4,4′ MDDTableau 6 3. Rsum des donnes modlises lies la dgradation du 4,4′ MDD et des composants oligomres du pMDDTableau 6 4. Rsum des donnes empiriques sur la dgradation dans l’environnement du pDMDTableau 6 5. Rsum des facteurs de bioconcentration (FBC) empiriques pour le 4,4′ MDDTableau 6 6. Facteurs de bioconcentration empiriques (FBC) du 4,4′ DMDTableau 7 1. Rsum des donnes empiriques sur la toxicit aquatique du 4,4′ MDD provenant des tudesTableau 7 2. Rsum des donnes empiriques sur la toxicit aquatique du pMDD provenant des tudesTableau 7 3. Rsum des donnes empiriques sur la toxicit pour le sol du 4,4′ MDD provenant des tudesTableau 7 4. Rsum des donnes empiriques lies la toxicit des sdiments pour les invertbrs dcoulant du 4,4′ MDDTableau 7 5. Donnes empiriques sur la toxicit du 4,4′ MDD chez les oiseauxTableau 7 6. Rsum des donnes empiriques sur la toxicit aquatique du 4,4′ DMDTableau 7 7. Rsum des donnes empiriques sur la toxicit aquatique du pDMDTableau 7 8. Rsum des donnes empiriques sur la toxicit pour le sol du pDMDTableau 7 9. Rsum des quotients de risque obtenus pour diffrents milieux et des scnarios d’expositions pour les substances DMD et MDD dans le groupeTableau 8 1. Concentrations de 4,4′ DMD dans les produits de bricolageTableau 8 2. Concentrations de pDMD dans les produits de bricolageTableau 8 3. Concentrations de DMD mlangs dans les produits de bricolageTableau 8 4. Concentrations individuelles maximales de DMD aprs l’application d’un produit de polyurthane deux composants gicl faible pression entre les solives (c. d. remplissage complet de cavit )Tableau 8 5. Concentrations individuelles maximales de DMD attribuables l’application de polyurthane gicl deux composants faible pression le long de solives, dans des coins et dans les fissuresTableau 8 6. Rsultats des mesures de concentrations dans l’air pendant l’application de produits de polyurthane gicl un composant expansibleTableau 8 7. Limite suprieure des estimations des concentrations atmosphriques de DMD dcoulant du type de produits de bricolage (adhsif ou produit d’tanchit)Tableau 8 8. Estimations de la limite suprieure de l’exposition cutane aux DMD par les produits de bricolageTableau 8 9. Rsum des tudes pidmiologiques sur les DMDTableau 8 10. Rsum des tudes ralises sur des volontaires humains avec des TDITableau 8.11 Marges d’exposition par inhalation dcoulant de l’utilisation de produits de bricolage contenant des DMDSommaireConformment aux articles et 74 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], la ministre de l’Environnement et la ministre de la Sant ont procd une valuation pralable de sept substances collectivement appeles le groupe de substances de diisocyanates de mthylnediphnyle et de mthylnediphnyldiamines (DMD/MDD). Le groupe de substances DMD/MDD comprend cinq substances DMD, dont trois substances monomres (diisocyanate de 4,4′ mthylnediphnyle, diisocyanate de mthylne et isocyanate de o (p isocyanatobenzyl)phnyle), une substance polymre (diisocyanate de polymthylnepolyphnylne) et un mlange d’isomres (diisocyanate de mthylnediphnyle). Le groupe de substances DMD/MDD comprend galement deux substances MDD une substance monomre (4,4′ mthylnedianiline) et une substance polymre (formaldhyde polymris avec l’aniline). Cette substance n’a pas t dsigne en vertu du paragraphe de la LCPE, mais a t incluse dans cette valuation, car elle tait considre comme prioritaire, en raison d’autres proccupations relatives la sant humaine.c. Cette substance n’a pas t dsigne en vertu du paragraphe de la LCPE, mais a t incluse dans cette valuation en raison de sa similarit avec le 4,4′ MDD.Les substances DMD et le 4,4′ MDD du groupe de substances DMD/MDD ont t dsignes comme tant d’intrt prioritaire pour la prise de mesures, car elles rpondaient aux critres de catgorisation en vertu de l’article de la LCPE ou taient considres comme prioritaires pour une valuation, en raison de proccupations relatives la sant humaine. Le pMDD ne rpondait pas aux critres de catgorisation, mais elle a t ajoute au groupe de substances DMD/MDD en raison de sa similarit avec le 4,4′ MDD (c. d. qu’elle est en grande partie compose de 4,4′ MDD).Les substances de DMD et MDD se caractrisent par une structure de base similaire, mais diffrent sur le plan de leurs groupes fonctionnels, avec la prsence de groupes fonctionnels isocyanates dans les DMD et de groupes fonctionnels amins dans les MDD. Les DMD sont trs ractifs en raison de la prsence des groupes isocyanates.D’aprs des renseignements fournis en vertu de l’article de la LCPE pour 2011, les DMD imports et utiliss au Canada en 2011 comprenaient de 10 100 millions chacun de 4,4′ DMD et de pDMD, et entre 1 et 10 millions de mlange d’isomres des DMD. Au Canada, entre 1000 et 10 de 4,4′ MDD et entre 100 et 1000 de pMDD ont t imports. Le 4,4 DMD, le pDMD et le mlange d’isomres des DMD sont principalement utiliss dans la production de produits de polyurthane, tels que les adhsifs, les revtements, les mousses d’isolation, le stratifi d’emballage souple et les blocs de mousse utiliss dans les meubles. Les substances DMD sont galement utilises comme adhsifs dans la production de produits de bois d’ingnierie, tels que les panneaux de copeaux orients. Les substances et pMDD sont principalement utilises comme intermdiaires dans la production des DMD.Les substances DMD ont un potentiel de rejet dans l’environnement, principalement dans l’air pendant leur utilisation industrielle, comme lors de la production de produits de bois d’ingnierie et de produits de polyurthane. Des rejets dans l’air de substances DMD ont t dclars l’INRP pour les annes 2013. On considre que les installations de fabrication de panneaux de copeaux orients mettent plus de rejets que les autres types d’installations utilisant des DMD, en ce qui concerne les quantits de substance utilises et les rejets proportionnels qui y sont associs. Les quantits de substances DMD rejetes dans l’air peuvent en plus contribuer aux dpts au sol ou dans les eaux de surface des environs.Lorsqu’elles sont rejetes dans l’environnement, en raison de la nature trs ractive des groupes isocyanates dans les substances DMD, ces substances s’hydrolysent rapidement dans l’eau et dans le sol o un degr d’humidit est gnralement frquent. La raction d’hydrolyse des substances DMD gnre des polyures inertes et de petites quantits de MDD comme principaux produits de raction. Dans l’air, les substances DMD vont ragir facilement avec les radicaux hydroxyles ou vont se condenser ou se dposer au sol ou dans les eaux de surface des environs.Aucune concentration de 4,4′ MDD et de pMDD dans l’environnement au Canada n’a t releve. Le 4,4′ MDD figure sur la liste des substances dclarer en vertu de l’Inventaire national des rejets de polluants (INRP); toutefois, aucun rejet n’a t dclar. Le 4,4′ MDD peut tre rejet dans l’environnement cause des utilisations industrielles, comme la fabrication de polyurthane, mais,
burgundy doc martens Environnement et Changement climatique Canada
en raison des faibles quantits sur le march de cette substance au Canada, ces rejets devraient tre ngligeables.D’aprs ses proprits physiques et chimiques, le 4,4′ MDD se dgrade rapidement dans l’air. La substance ne s’hydrolyse pas dans l’eau, et des essais de biodgradation avec des boues actives suggrent des vitesses intermdiaires de biodgradation dans les conditions environnementales. Dans le sol, le 4,4′ MDD se lie par covalence aux substances humiques, rduisant ainsi sa biodisponibilit et sa bioaccessibilit. Des taux de biodgradation plus rapides dans le sol ont t observs en prsence de substances organiques dgradables mlanges avec le substrat du sol. Il existe des donnes disponibles limites sur le potentiel de dgradation des MDD dans les sdiments, et on prvoit que la majorit du 4,4′ MDD dans un environnement sdiments eau se liera aux sdiments et ne sera pas disponible pour la biodgradation. La dgradation du pMDD devrait tre semblable celle du 4,4′ MDD.Les substances MDD et DMD sont reconnues pour avoir un faible potentiel de bioaccumulation. Elles sont caractrises par de faibles facteurs de bioconcentration chez les poissons. On s’attend ce que d’infimes quantits de substances DMD soient disponibles et absorbes par les organismes partir des milieux naturels. Chez les mammifres, le 4,4′ MDD a tendance tre facilement mtabolis et limin de l’organisme, et il n’est pas susceptible de se bioamplifier dans les rseaux trophiques terrestres.Les rsultats des tudes de toxicit en milieu aquatique semblent indiquer que tant le 4,4 DMD que le pDMD ne sont pas sensiblement toxiques pour les espces aquatiques d’aprs les donnes sur l’exposition aigu. Les substances DMD ont galement une faible toxicit pour les espces d’invertbrs vivant dans le sol et les plantes ayant fait l’objet d’essais. On a observ des effets modrs des DMD sur les petits mammifres la suite d’une exposition par inhalation. En gnral, l’exposition aux DMD des organismes dans l’environnement sera infrieure aux niveaux d’exposition susceptibles d’avoir des effets nocifs.Les organismes aquatiques sont sensibles l’exposition court terme et long terme au 4,4′ MDD. On a observ que le 4,4′ MDD tait modrment trs toxique pour divers organismes aquatiques ayant fait l’objet d’essais, comme les algues, les micro organismes, les invertbrs et les poissons. Le 4,4′ MDD prsente une toxicit faible modre pour les organismes vivant dans le sol et pour les plantes, et elle est modrment toxique pour les organismes vivant dans les sdiments et les oiseaux.Le risque d’exposition des organismes aquatiques au 4,4′ MDD est plus susceptible de rsulter des rejets de substances DMD dans l’air, de leurs dpts dans le sol ou les eaux de surface, et de leur conversion subsquente en 4,4′ MDD. Les volumes d’importation levs de substances DMD au Canada, ainsi que les renseignements sur leurs utilisations, indiquent que l’on trouvera principalement ces substances dans l’air et prs des sources ponctuelles d’missions. Il a t dtermin que des effets nocifs sur les organismes aquatiques et les organismes vivant dans le sol par suite de l’exposition actuelle au 4,4′ MDD dcoulant des dpts de DMD dans les eaux de surface et le sol sont peu probables au Canada. En outre, il a t dtermin que des effets nocifs sur les mammifres terrestres dus l’exposition par inhalation des DMD sont peu probables.Compte tenu de tous les lments de preuve contenus dans la prsente valuation pralable, les substances du groupe de substances DMD/MDD prsentent un faible risque d’effets nocifs sur les organismes et sur l’intgrit globale de l’environnement. Nous concluons que les cinq substances DMD et les substances et pMDD ne satisfont pas aux critres noncs aux alinas ou b) de la LCPE (1999), car elles ne pntrent pas dans l’environnement en une quantit ou concentration ou dans des conditions de nature avoir, immdiatement ou long terme, un effet nocif sur l’environnement ou sur la diversit biologique, ou mettre en danger l’environnement essentiel la vie.D’aprs l’ensemble des classifications et des renseignements tablis par d’autres organismes de rglementation internationaux, les effets critiques pour la caractrisation des risques pour la sant humaine dcoulant de l’exposition aux substances DMD sont la cancrognicit, des effets respiratoires, notamment la sensibilisation, et une sensibilisation cutane. Des incidences de tumeurs pulmonaires ont t observes chez les rats exposs des concentrations leves de substances DMD dans le cadre d’tudes d’exposition par inhalation de deux ans. L’ensemble des preuves dcoulant des tudes sur la gnotoxicit semble indiquer que les substances DMD ne sont probablement pas mutagnes. Les renseignements disponibles provenant d’tudes sur des animaux de laboratoire, d’tudes de cas humains et de donnes pidmiologiques ont t utiliss afin d’tablir des concentrations associes un effet critique pour la caractrisation des risques.Les marges d’exposition entre la tranche suprieure des estimations des concentrations environnementales des missions de DMD aux environs de sites industriels et les concentrations associes un effet critique pour les effets respiratoires sont juges adquates pour tenir compte des incertitudes dans les bases de donnes sur l’exposition et sur les effets sur la sant. Les marges entre les estimations de l’exposition dcoulant de l’utilisation de certains produits de bricolage, plus particulirement les mousses en polyurthane gicl deux constituants faible pression, et les concentrations associes un effet critique pour les effets respiratoires sont juges inadquates pour tenir compte des incertitudes dans les bases de donnes sur l’exposition et sur les effets sur la sant. la lumire, principalement, de l’examen des valuations ralises par des organismes internationaux et de l’ensemble des donnes disponibles, la cancrognicit reprsente un effet critique pour la caractrisation des risques pour la sant humaine du 4,4′ MDD. Aucune donne relative aux effets sur la sant n’a t releve pour le pMDD. Puisque le 4,4′ MDD est le principal composant du pMDD, l’valuation des effets sur la sant du 4,4′ MDD a t utilise pour reprsenter ceux du pMDD. La population gnrale ne devrait pas tre expose aux substances et pMDD dans les milieux naturels, tant donn qu’elles ne sont pas fabriques au Canada et que leurs utilisations sont limites un nombre trs restreint d’activits industrielles. De plus, il ne devrait y avoir aucune exposition ces substances dcoulant de l’utilisation de produits de consommation. Puisque la population gnrale ne devrait pas tre expose aux substances et pMDD, les risques pour la sant humaine devraient tre faibles. la lumire des renseignements contenus dans la prsente valuation pralable, on conclut que les substances DMD satisfont aux critres noncs l’alina de la LCPE (1999), car elles pntrent dans l’environnement en une quantit ou concentration ou dans des conditions de nature constituer un danger au Canada pour la vie ou la sant humaines. On conclut galement que les substances et pMDD ne satisfont pas aux critres noncs l’alina de la LCPE, car elles ne pntrent pas dans l’environnement en une quantit ou concentration ou dans des conditions de nature constituer un danger au Canada pour la vie ou la sant humaines.Conclusion gnraleOn conclut que les cinq substances DMD (nosCAS 2536 05 2, 5873 54 1, 9016 87 9 et 26447 40 5) du groupe de substances DMD/MDD satisfont un ou plusieurs des critres noncs l’article de la LCPE. Cependant, on a dtermin que ces cinq substances DMD ne rpondent pas aux critres de persistance ou de bioaccumulation noncs dans le Rglement sur la persistance et la bioaccumulation de la LCPE. On conclut galement que les substances (noCAS et pMDD (no CAS ne satisfont aucun des critres noncs l’article de la LCPE1. IntroductionConformment aux articles et 74 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE] (Canada la ministre de l’Environnement et du Changement climatique et la ministre de la Sant ont procd une valuation pralable des substances afin de dterminer si elles prsentent ou sont susceptibles de prsenter un risque pour l’environnement ou la sant humaine.L’Initiative des groupes de substances constitue un lment cl du Plan de gestion des produits chimiques (PGPC) du gouvernement du Canada (Environnement Canada et Sant Canada 2013). Le groupe des diisocyanates de mthylnediphnyle (DMD) et des mthylnediphnyldiamines (MDD) (groupe des substances DMD/MDD) est compos de cinq substances DMD et de deux substances MDD. Le 4,4′ MDD ne rpondait pas aux critres de catgorisation en vertu de l’article de la LCPE, mais tait considr comme une substance d’intrt prioritaire au moment de la catgorisation d’aprs sa classification de substance risque lev par d’autres organismes internationaux. Le pMDD ne rpondait pas aux critres de catgorisation, mais a t ajoute au groupe des DMD/MDD d’aprs sa similarit avec le 4,4′ MDD. Les substances pDMD et DMD mlangs rpondaient aux critres de catgorisation aux termes de l’article de la LCPE. Les substances et 2,4′ DMD ne rpondaient pas rpondu aux critres de catgorisation, mais ont t ajoutes ce groupe en post catgorisation d’aprs de nouvelles classifications de substances risque lev par d’autres organismes internationaux. Aucune des substances dans le groupe des substances DMD/MDD ne rpondait aux critres de catgorisation relativement la persistance, la bioaccumulation ou la toxicit intrinsque pour les organismes aquatiques.
burgundy doc martens Environnement et Changement climatique Canada